La toxine botulique (Botox®) est utilisée en médecine esthétique pour diminuer les rides d’expression du tiers supérieur du visage. Son effet lissant se fait en diminuant la contraction des muscles du visage,  à la différence de l’acide hyaluronique, qui comble les creux.

 

En France, en médecine esthétique, on ne parle pas de Botox® qui est une marque. Celle-ci n’a pas l’AMM (autorisation de mise sur le marché) en esthétique en France. Les toxines les plus utilisées sont le Vistabel® (Allergan), le Bocouture® (Merz Pharma) et l’Azzalure® (Ipsen pharma).

Les différences majeures entre celles-ci est la conservation, ainsi que leur effet « verrouillant » du muscle. Le médecin esthétique adapte ainsi le produit qu’il utilise en fonction de la demande, du résultat recherché, de la personne et de l’âge. Par exemple, les muscles des hommes sont plus épais, on utilisera alors un produit plus bloquant.

Pour garder un résultat naturel, il on utilise une toxine qui est un peu moins puissante, à partir d’un certain âge, limitant ainsi l’aspect figé. En revanche chez les plus jeunes, et chez les hommes quel que soit l’âge, on utilisera plus volontiers une toxine botulique plus forte, car les muscles sont plus puissants et cela ne donne pas le même effet esthétique. Mais là encore tout dépend de la demande initiale.
La toxine botulique vient d’une bactérie, le Clostridium Botulinum, la bactérie responsable du botulisme.

Quel est l’effet de la toxine botulique (Botox®) sur le visage ?

La toxine botulique (Botox®) diminue les rides d’expression grâce à l’inhibition de la contraction des muscles qui en sont responsable : le muscle frontal, pour les rides du front, les muscles procerus et corrugator pour les rides du lion et les muscles orbiculaires pour les rides de la patte d’oie.

Le front devient plus lisse, les rides du lion et de la patte d’oie disparaissent.
Un des effets les plus marquant est l’ouverture du regard par le jeu du relâchement des muscles.

Associé à un comblement de cernes creux, le visage apparaît moins fatigué.
On peut, par ailleurs, intensifier le regard en remontant la queue du sourcil.

Combien de temps dure les effets de la toxine botulique (Botox®) ?

L’effet maximal de la toxine botulique est obtenu en 2 semaines, il dure 6 mois et diminue progressivement.
Il faut savoir que plus on fait d’injections de toxine botulique, plus l’effet dure dans le temps et donc moins on a besoin d’en faire. C’est donc pour cela qu’il est intéressant de commencer tôt. En effet, les rides d’expression sont également liées au phénomène appelé Face Recurve®.

Qu’est-ce que le Face Recurve® ?

Le face recurve est lié au tonus de base des muscles du visage qu’on appelle les muscles d’expression. En effet, nous contractons nos muscles faciaux en permanence, pour plisser les yeux, relever les sourcils ou les froncer. Ces mouvements répétés agissent comme de la musculation et les muscles se raccourcissent en conservant une légère contraction de base. C’est comme si on musclait exclusivement les biceps, à terme, les bras resteraient un peu fléchis. Au niveau du visage c’est le même phénomène. Or les muscles du visage adhèrent à la peau, le tonus de base provoque donc les rides dont les plus connues sont : les rides du lion, les rides frontales et les rides de la patte d’oie au coin de l’œil.

Quelles zones peut-on traiter avec de la toxine botulique ?

Tous les muscles de la face peuvent bénéficier d’une injection de toxine botulique. Le muscle releveur du sourcil pour relever la queue du sourcil et intensifier un regard, les muscles du menton pour lever un aspect granuleux du menton, le muscle du septum nasal pour relever la pointe du nez, les muscles responsables du fripé sur les côtés du nez

L’injection de toxine botulique (Botox®) est-elle risquée?

La toxine botulique est utilisée à but thérapeutique pour diminuer les contractions musculaires chez les personnes souffrant de rétractions musculaires comme parfois après un accident vasculaire cérébral (c’est alors bien le Botox® ou le Dysport® par exemple, qui sont utilisés). Elle est, dans ces cas, parfois utilisée à des doses de plus de 100 unités par muscle, y compris en pédiatrie. Par ailleurs il a été montré qu’en intraveineux cela ne provoquait qu’un syndrome grippal modéré.

En médecine esthétique les doses utilisées ne dépassent pas les 10 unités par muscle au maximum. Il n’y a donc aucun risque pour la santé à réaliser des injections de toxine botulique.

Quelles précautions après une injection de toxine botulique ?

– Ne pas faire de sport y compris de piscine pendant 72h
– Ne pas faire de hammam ou sauna pendant 72h
– pas de massage de la zone d’injection ni de compression.

Conclusion

La toxine botulique, plus connue sous le nom de Botox®, est utilisée en médecine esthétique, dans la majorité des cas, pour éliminer les rides du tiers supérieur du visage, dites rides d’expression. Par ailleurs, elle est totalement sans danger et ses effets assez courts (6 mois) permettent également une bonne sécurité. Comme l’objectif secondaire est de diminuer le tonus musculaire de base, il est intéressant de débuter les injections assez tôt pour avoir à en faire le moins possible par la suite. Il est possible par ailleurs de combiner ces soins avec des injections d’acide hyaluronique dans un plan de traitement adapté pour une prise en charge globale.

0/5 (0 Reviews)
Share This